Press "Enter" to skip to content

La sensibilité de Recai Bey

Recai (Rédjaï) Bey a appelé, Recai Rüzgârınoğlu (Fils du vent).

Mon amie Nicole me l’avait présenté il y a des années lors d’un festival des films turcs de Montréal que nous avions organisé. Nicole Gagnon est une amie qui aime la Turquie et le peuple turc, qui a traduit en français les livres de nombreux auteurs turcs, dont Ferhan Şensoy.

Recai Rüzgârınoğlu est l’un des étudiants d’Aygen Toruner, professeur à l’école d’architecture de l’Université Laval à Québec. Comme Nicole, Recai Bey aussi aime la Turquie et les Turcs, son vrai nom est Louis Réjean. Il s’est choisi un nom turc. Au cours de notre conversation, j’ai appris qu’il avait donné des noms turcs non seulement à lui-même mais aussi à ses proches. Par exemple, il a nommé la mère de ses enfants, qu’il a perdue en 2006, Fatma. L’un de ses deux fils s’appelle Turgut, l’autre Tayfun, sa belle-fille Nilgün; son épouse actuelle Hélène est devenue Lale. La dernière fois qu’ils ont visité la Turquie ensemble, c’était en 2008. L’architecte Recai Bey est maintenant à la retraite.

Les Occidentaux ont une tradition indispensable que nous, les Orientaux, n’avons pas; enregistrer les œuvres ou événements, les conserver, protéger, et les transmettre de génération en génération avec leurs dates. Sans aucun doute, cela nécessite une institutionnalisation et une continuité; par conséquent, avec cette institutionnalisation, il est possible que les expériences et les connaissances atteignent les générations futures de manière saine.

L’historien français Jean-Paul Roux, qui a écrit l’histoire des Turcs, dit : « Les Turcs ont tout écrit, nous assistons donc à de nombreux événements historiques » , avec optimisme, mais je n’en suis pas si sûr. L’identité de l’Empire ottoman, ainsi que sa création, sont toujours controversées. Malgré le fait que l’historien Halil İnalcık révèle de nombreux détails avec des recherches telles que creuser un puits avec une aiguille, des séries télévisées contraires aux faits historiques peuvent être diffusées à la télévision. Dans ce contexte, on ne connaît pas les dates de création de beaucoup d’œuvres, car elles ne sont pas précisées. Cependant, les Occidentaux ne laissent même pas les livres et les films les plus anciens sans dates. Par exemple, même dans les films hollywoodiens les plus anciens, le moment où le film a été tourné est indiqué à la fin du film, alors que dans nos films, il n’y avait aucun souci de mettre une date jusqu’à récemment. Par exemple, le chef-d’œuvre d’Ahmed Arif, bien qu’il existe des centaines d’éditions de son livre «J’ai porté des chaînes par envie / Hasretinden Prangalar Eskittim» , l’année et l’imprimerie de la plupart d’entre elles sont inconnues.

Comme nous n’avons pas d’institutionnalisation, peu d’attention est accordée à la dissimulation et à la protection. Je ne peux pas vous dire à quel point j’ai eu mal au cœur quand j’ai appris qu’après Engin Aşkın, qu’il repose en paix, l’un des journalistes de notre journal, de nombreux ouvrages de valeur dans sa bibliothèque sont allés aux centres de recyclage.

J’ai été tristement témoin que de nombreux magazines Varlık, journaux Cumhuriyet et œuvres littéraires étaient envoyés dans des centres de traitement du papier.

Ce doit être une tradition culturelle. Il peut ne pas venir à l’esprit de personne de rechercher des personnes ou des institutions qui peuvent faire un petit effort et protéger ces richesses. Puisqu’il n’y a pas d’institutionnalisation, chaque nouvelle génération, qui exclut les efforts consentis avant elle, redécouvre l’Amérique.

C’est pourquoi j’ai trouvé l’effort de Recai Bey très précieux. Recai Bey, qui a montré un exemple de sensibilité, malgré ses nombreux appels, il n’a pas pu trouver une institution turque qui préserverait l’archive musicale de quarante ans de Monsieur Aygen Toruner, alors il m’a demandé de l’aide. De nombreux albums précieux des années 1970 aux années 2000 étaient en danger d’extinction. Monsieur Aygen Toruner qui était un poète aussi, a rassemblé des centaines d’albums composés de musique turque contemporaine, de musique de protestation, de musique folklorique, y compris de musique ottomane. Parmi ces albums, il y a d’Aysun – Ali Kocatepe, Fikret Kızılok, Bülent Ortaç ou Hümeyra, Ezginin Günlüğü, Timur Selçuk, Esin Afşar, Arif Sağ, Okay Temiz, Modern Folk Trio et bien sûr Anjelika Akbar et Fazıl Say, et beaucoup d’autres…

Heureusement, tous ces albums nous sont parvenus grâce au sensible architecte Recai Bey, et nous avons sauvé ces valeurs de l’extinction en les intégrant dans l’archive Bizim Anadolu. Nous essaierons d’assurer la pérennité de ces albums avec les nouvelles technologies.

 

Merci beaucoup Recai Bey, sonsuz teşekkürler!

 

o.ozen@bizimanadolu.com

 

Ömer F. Özen / De ma fenêtre / 24 septembre 2021

Vous pourriez également être intéresséEs par ces articles :

Share with your friends / Partagez avec vos amiEs / Dostlarınızla paylaşın...
  • 1
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    1
    Partage

Be First to Comment

    Laisser un commentaire