AnaSayfa/Accueil/Home » À la une » Le magazine turc Nokta perquisitionné

Le magazine turc Nokta perquisitionné

Le magazine turc Nokta perquisitionné

Le magazine turc Nokta perquisitionné

L’accusation: «insulter le Président Erdoğan»…

 

 

 

 

La photo-montage avait été déjà produite pour l'ex-premier ministre d'Angleterre, M. Blair.

La photo-montage avait été déjà produite pour l’ex-premier ministre d’Angleterre, M. Blair.

 

Publié à partir d’Istanbul, le magazine turc Nokta a été perquisitionné par des policiers, du à la couverture du dernier numéro qui montre le président Recep Tayyip Erdoğan prendre une selfie près du cercueil d’un soldat tué. Les exemplaires en question confisqués avant la livraison sur la décision du bureau d’un procureur d’Istanbul.

 

Ce n'est pas nouveau que le magazine Nokta produit les couvertures en photo-montage, et n'a jamais une question de poursuite, même à l'époque de coup d'état, 1980...

Ce n’est pas nouveau que le magazine Nokta produit les couvertures en photo-montage, et n’a jamais été une question de poursuite, même à l’époque de coup d’état, 1980…

 

Le rédacteur en chef du magazine, Cevheri Güven a déclaré sur Twitter le 14 septembre, que les agents de police sont venus à leur bureau deux fois, une fois aux alentours de minuit et plus tard en début de la matinée.

 

Le 1er tweet de M. Güven

Le 1er tweet de M. Güven

 

«La police est arrivée à nos portes. Il est 01h30. Je pense que (les exemplaires de) Nokta seront confisqués.» Güven a tweeté cela vers minuit. Il a tweeté une deuxième fois dans la matinée: «Il est 08h30 et la policiers sont à nouveau à la porte.»

 

Les couvertures en photo-montage du magazine Nokta.

Les couvertures en photo-montage du magazine Nokta.

 

Rédacteur en chef des nouvelles, Murat Çapan a également été arrêté sur des accusations d’avoir «insulté le président turc» et «faire de la propagande terroriste».

 

 

L’avocat de la revue, Kadir Kökten a déclaré qu’un tribunal pénal de la paix sous l’administration du Bureau du Procureur d’Istanbul aurait dû émettre une décision d’autoriser la police à confisquer les exemplaires, mais aucune décision n’a encore été rendue.

Le Commissaire du Conseil de l’Europe aux Droits de l’Homme, Nils Muiznieks, a commenté les perquisitions contre la revue Nokta.

«Les perquisitions et les arrestations à Nokta aggrave la situation déjà préoccupante [de] la liberté d’expression en Turquie. Les autorités doivent tenir les médias libres», a t-il tweeté via son compte officiel le 14 septembre.

 

Notre Anatolie / le 14 septembre 2015

 

Partagez pour que vos amis aussi soient au courant…

 

Share with your friends / Partagez avec vos amiEs / Dostlarınızla paylaşın...
  • 1
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    1
    Partage